heaobito

Création de compositions


De heaobito
Kage - 4312 messages
Le 24 décembre 2012

 

Les compositions seront variées. Il existera plusieurs compositions :

Compositions dîtes humoristiques ( ...)  :

Spoiler : Afficher
Les compositons humouristiques sont comme leur noms l'indique, des compositions ayant pour but de faire rires les lecteurs. Les compositions humouristiques seront assez differentes des autres compositions car elles devront avoir comme objectif prinicipal : traîter une question de fond sur un sujet ( sujet choisi par le compositeur ! ). Les compositons caricaturales s'appliquent aussi içi.

Compositions historiques ou mythologiques  :

Spoiler : Afficher
Les compositions historiques seront des compositions inspirées d'évenements historiques où des personnages de manga interviendront. Exemple : Naruto auraît déclanché la première guerre mondiale en détruisant via un rasengan la maison de l'archiduc François-Ferdinand, à Sarajevo qui auraît causé sa mort.
Elle peuvent aussi être histoiriques et humouristiques. Les compositions mythologiques seront tirées des faits mythiques ( réels ) ou inventés.

Compositions libres :

Spoiler : Afficher
Les compositions libres sont des compositions où l'auteur choisi d'aborder un sujet banal, dont il a envie de parler.

Compositions mangas-blend :

Spoiler : Afficher
Les compositions blend seront des compositions mélangant des personnages de mangas, ainsi que leurs problèmes et tout ce qui va avec. Les compositions peuvent très bien être situées dans notre époque ou une époque passée.

Compositions de nos rêves :

Spoiler : Afficher
Nous lecteurs de mangas, avons tous voulu être dans la peau d'un de ces héros. Grâce à ses compostions, vous pouvez écrire une petite compositons où vous serez un personnage de manga vivant une aventure qui vous est déjà arrivée ou une aventure imaginaire.

Compositions de concours :

Spoiler : Afficher
Les compositions de concours sont des compositions ayant comme base un même sujet, ce genre de compositions n'auront lieux qu'une seule fois par période. Les dates fixées et après tirage au sort les compositeurs s'affrentront sur un sujet commun mais dans une compositiosn differentes, exemple :
Compositeur A vs Compositeur B s'affrontent sur le théme de : Déclanchement de la guerre ( 1 ère guerre mondiale ). Compositeur A devra traiter le sujet dans les compositions Blend et compositeur B dans les compositions Humouristiques.

 

Une composition fait au minimum 20 lignes et il n'y a pas de maximum ^^

Durée d'une période : Une période dure 1 mois. Après 1 mois, le classement sera établi. En clair, un compositeur devra composer 1 composition par mois ou plus mais une seul sera dite en challenge avec les autres pour le podium. 

Système de récompense :

Spoiler : Afficher
C'est long les notations ... Alors qu'un petit commentaire ^^ Vous n'aurez qu'à lire les compositions et exprimer votre opinions. La composition ayant reçu le plus de louange sera N°1 sur le podium des compositeurs Nctiens ^^

 

 

Agenda des compositions ( probables ! ) :

Alej' :  DBZ - One Piece - Naruto.

Yagura' : Fanfics Saint-Seya.

Edo-Kwik : Libre.

Médal : Libre.

Queen : Suite Fanfics et autres théories.

Shinyu : dossier  ( plusieurs parties ).

Tensen : Suite de l'histoire.

C'est pas du forcing ... c'est une sorte de mémo ^^

 

Pour plus de facilité, un skydrive est maintenant disponible ! Données de connexion :

Spoiler :
nct-projects@hotmail.fr
Projet12

Régles :

Les compositions devront respectées la Charte de la NCT.

 

 


rifiano59650 De rifiano59650
Kage
5322 messages
Posté le 28 décembre 2014 à 14:33

@tensen

Tu as un MP^^

Sinon, pour LOST, c'est un petit post^^

Afficher le message
Tensen De Tensen
Modérateur
2195 messages
Posté le 28 décembre 2014 à 14:21

Tu pourrais me donner l'adresse exacte des topics en question? Ceci dit je pense essayer de faire quelque chose de plus professionnel que ce qui avait dû être fait sur l'ancien forum, ou même que ce que l'on peut voir actuellement sur la NCT, le traitement en sera donc probablement différent.

 

J'essaie d'aller te répondre sur LOST, au plus vite ;).

Afficher le message
rifiano59650 De rifiano59650
Kage
5322 messages
Posté le 28 décembre 2014 à 13:23

@tensen

Pour le new LOST, j'ai appris deux/trois trucs en regardant l'ancien forum de la NCT, sur comment garder un forum/team de scantrad debout! Quelques topic bien explicites lol

Bref on verra ça! Sinon, j'étais en train d'écrire mes remarques sur ton chapitre sur LOST!

Afficher le message
Tensen De Tensen
Modérateur
2195 messages
Posté le 28 décembre 2014 à 13:20

Oui il y a eu un peu de trafic de scénario ^^. Je ne sais pas si beaucoup de personnes ont pu avoir un aperçu des scénario d'Azazel (enfin du scénario si je ne compte pas Reboot qui ets un peu à part) mais en tout cas je peux t'affirmer que pour peu que l'on parvienne à le mettre sur les rails avec un dessinateur sérieux et motivé ça va faire des étincelles (voire un développeur de jeux vidéos ^^).

 

Et effectivement il y aura besoin d'une bonne gestion de la chose, mais je pensais (tout est au conditionnel très hypothétique) organiser des sortes de concours régulièrement dans l'année sur le forum, ce qui permettrait de le dynamiser d'une part, et d'autre part de révéler et attirerdes scénaristes et des dessinateurs afin de pouvoir ensuite les mettre et relation et aboutir à de vrais projets. On pourrait même imaginer de monter des équipes entières de dessinateurs et scénaristes pour pouvoir améliorer le rythme, mais je pense qu'il faudra attendre qu'on ait tous plus d'expérience, dans un premier temps faire un "Meetic" scenaristes sérieux/dessinateurs sérieux et leur offrir un lieu de publication serait déjà énorme :D !

 

En attendant tout cela voici le chapitre 6 de mon histoire, attention Flash Back en vue ;) :


Aventure 1 - Chapitre 6 : Le Maître, les sabres, et les deux disciples


C'était un va nu pied. Probablement un orphelin ; comme Beijing en comptait tant, à cette époque où les guerres, les brigands et les maladies moissonnaient les vies sans pitié.

 

Il vivait dans la rue, il était pouilleux, mal nourri, le danger ne le quittait jamais. Bien sûr il pouvait compter sur la sorte de solidarité qui s'installe entre les plus démunis, et bien souvent il trouvait ce qui pouvait s'apparenter à de la tendresse, de l'amitié, de la chaleur humaine enfin, en jouant avec ses petits compagnons d'infortune ; contrairement à la plupart d'entre eux cependant il n'avait jamais volé pour survivre. Il travaillait dur, déployant quelques fois une énergie forçant le respect, mais pour autant le concept d'abondance était bien loin de correspondre à son enfance, et pourtant il préférait s'endormir sans avoir mangé un jour de plus que de chiper une pomme sur un étal, un quignon de pain à un marchand, des pâtisseries du sac d'une mère choyant son enfant.

 

C'était peut-être de la fierté. Ou du courage, ou de l'inconscience, ou de la folie. Mais c'était ainsi. La douleur ne le faisait pas pleurer ; les moments de bonheur chiche ne le faisait guère rire non plus, ni seulement sourire. Un sérieux respectueux émanait de lui, singularité parmi ces gamins des rues dont il partageait l'existence ; s'il en était un peu admiré par ses congénères cela l'excluait aussi bien souvent. Mais il n'y prêtait point trop d'attention.

 

Les années s'étaient égrenées. Dire quand elles avaient commencé eut été bien difficile. Pour ces misérables le début et la fin était bien souvent mêlés dans un brouillard dense et compact d'une monotone et pénible survivance quotidienne. Il avait pourtant une grosse dizaine d'années, et rien ne semblait devoir changer dans son existence de sitôt.

 

Un jour qu'il marchait dans les rues, occupant sa journée dans l'attente d'un travail à faire, il vit une scène quelque peu inhabituelle. Un cavalier à l'air noble et riche, bien que ses habits ne trahissent en rien une quelconque opulence, s'était aventuré à la bordure d'un quartier pauvre de la ville, probablement pour rejoindre plus rapidement une des portes massives qui en gardaient l'accès. Bien mal lui en avait pris ; quelques pauvres hères y avait vu une occasion d'améliorer leur quotidien en le détroussant. Ils ne risquaient pas grand-chose : dans cette zone de presque non droit ils avaient pour habitude de rançonner les riverains et tous les craignaient. Par conséquent nul ne les dénoncerait, et avant que la police ne parvienne à un résultat.

 

Malheureusement pour eux le cavalier n'entendait pas voir sa vie s'achever dans une embuscade de ce genre. Sachant mieux manier le sabre qu'eux le coutelas et le bâton il les mis hors d'état de nuire en quelques coups ; sans les tuer ni les blesser gravement pour autant. Peut-être eut-il mieux valu leur faire la grâce de mettre fin à leurs souffrances pensèrent et le cavalier et le garçon, quand leurs regards se croisèrent.

 

Sans quitter le cavalier des yeux le garçon vit l'un des hommes se relever et s'apprêter à frapper le seigneur de son poignard, dans le dos. D'un geste lent et solennel de la tête le jeune homme le fit comprendre au noble personnage ; qui acquiesça, comme s'il n'avait rien appris, comme s'il avait suspendu sa vie à ce providentiel signe de tête du garçon. Le cavalier repoussa le brigand du plat de sa lame.

 

Puis toujours sans le quitter du regard il s'approcha du garçon et lui demanda quel était son nom.

Tensen.

 

L'homme noble avait pris Tensen en croupe et l'avait emmené hors les mur, en sa propriété. Il dirigeait une école d'escrime, qu'il avait lui même fondé ; et sa réputation était telle qu'il enseignait son art à de nombreux noble de la ville. Ceux-ci refusant de quitter leur palais il se rendait en ville pour prodiguer ses cours, et c'est à cette occasion qu'il avait rencontré le garçon.

 

Il avait décidé que Tensen travaillerait aux communs de sa propriété, et qu'il suivrait aussi les cours de son école ; s'il devait y montrer quelque inclinaison, il avait déjà pensé le prendre comme élève particulier, pour permettre à son talentueux disciple d'avoir un partenaire d'entraînement.

 

Le garçon le surprit ; en moins d'un an il avait surpassé tous les autres élèves de l'école. Cela faisait de nombreux mois qu'il avait reçu l'autorisation de cesser ses activités domestiques pour jouir du confort d'un étudiant normal. Il n'y avait prêté garde, et sans un mot il continuait à accomplir ses tâches quotidiennes en plus de son entraînement.

 

Alors qu'il avait à peine plus de onze ans il devint le second élève du Maître. Son compagnon, le disciple du Maître, se prénommait Leonardo Zuchetti : c'était le fils d'un marchand italien, qui avait été repéré très jeune pour son potentiel latent, et qui n'avait jamais démérité depuis qu'il avait commencé son apprentissage. Il était un peu plus âgé que Tensen, un ou deux ans tout juste, mais il était entraîné depuis presque huit ans. Les deux enfants, qui jusqu'alors avaient été relativement solitaires trouvèrent l'un dans l'autre le frère qu'ils auraient aimé avoir. Leonardo ressentit une légère pointe de jalousie en voyant que son Maître s'occupait maintenant de deux enfants et non plus de lui seul, mais ce sentiment fut mis de côté, balayé par l'amitié sincère qui réunit les deux jeunes gens, et l'admiration qu'ils avaient l'un pour l'autre.

 

Ils grandirent ensemble et progressèrent ensemble. Leur amitié fit de même ; ainsi que la jalousie de Leonardo. Car Tensen était remarquablement doué, il se rapprochait de plus en plus de son niveau, et Leonardo voyait bien que son Maître se prenait plus d'affection pour son jeune compagnon que pour lui même. Une part de colère et de tristesse avait toujours été cachée au c?ur du petit italien, mais la fréquentation du maître d'arme lui avait permis d'enfouir ce trait de caractère au plus profond de lui. L'adolescence, ce sentiment ambivalent qu'il avait à l'égard de Tensen, la culpabilité qui en résultait le firent remonter à la surface ; ce qui l'éloigna plus encore de son Maître et le fit devenir plus froid et distant envers Tensen.

 

Bientôt il montra publiquement sa colère, pour des choses insignifiantes ; ce qui ne fit qu'aggraver la situation. Mais dans la mesure où il se savait le vrai disciple du Maître il parvenait à se contenir. Le Maître avait ramené de ses nombreux voyages deux grands sabres ; tous deux d'excellente facture, mais l'un semblait creux, sans âme, tandis que l'autre exhalait sa puissance, sa volonté. Le deuxième de ces sabres s'appelait Jatô, le Serpent, l'autre n'avait pas de nom. Le Maître avait créé son école dans le but de trouver deux gardiens pour ces lames. A ses deux élèves il avait également appris les Arts du Serpent, sorte de mélange entre art martial et magie, et des deux sabres seul Jatô était un prolongement naturel de ces Arts, permettant à son possesseur dans saisir la pleine mesure et puissance.

 

Le Maître allait devoir bientôt léguer les deux armes, car il se mourrait, rongé de l'intérieur par une étrange maladie. Leonardo avait alors dix-huit ans, et Tensen en semblait seize ; il avait complètement rattrapé son condisciple et était admiré de tous dans l'école. Malgré tout Leonardo était persuadé que Jatô lui reviendrait de droit, à lui le seul véritable disciple du Maître, et l'autre sabre à Tensen. Quand il comprit que l'inverse allait se produire il prit sa décision. Une nuit il profita du sommeil douloureux de son Maître pour l'attaquer par surprise et le tuer. Puis devant un Tensen médusé, glacé par le spectacle qui s'offrait à lui, il déroba Jatô et s'enfuit.

 

Après cela Tensen ne demeura plus longtemps dans l'école endeuillée. Après avoir fait ses adieux à son défunt Maître il partit avec le sabre restant comme seul héritage, et nul n'en entendit plus parler en Chine du Nord. Moins de deux ans plus tard les Mongols commencèrent à envahir le pays, mené par le terrible Temudjin, qui restera dans l'histoire sous le nom de Gengis Khan. Parmi leurs innombrables soldats il en est un qui plus que les autres aida les Mongols à s'introduire, et à ravager le royaume de Jin...

 

 

« C'était toi n'est-ce pas ?
- Oui. C'était moi. Et j'ai pris une grande attention à parachever mon travail de destruction en guidant moi-même l'assaut contre l'école de notre Maître. Que penses-tu de tout cela Tensen ?
- Qu'il est temps pour moi de tenir la promesse que j'ai faite il y a de cela bien longtemps à un grand homme, par delà les âges et par delà la mort. »

 


La misère, le sauveur, le bonheur, le drame. Un douloureux passé marqué au fer rouge par l'ambition et la cruauté d'un homme. Au prochain chapitre Leonardo et Tensen se font face !

 

A suivre dans le chapitre 7 / Le Démon, la Brute et le Senpai (II)

 

Afficher le message
rifiano59650 De rifiano59650
Kage
5322 messages
Posté le 25 décembre 2014 à 6:35

Pour les scénar' d'az, j'en ai entendu parlais comme si ça circuler par MP lol mais je n'en ai jamais lu:/

Pour le forum, vous devrez juste bien moderer ça justement mais c'est cool de laisser un bonne place à l'expression!

Afficher le message
Tensen De Tensen
Modérateur
2195 messages
Posté le 25 décembre 2014 à 1:17

Oui c'est assez dommage :/. Mais bon certains projets se sont quand même développés en parallèle !! Les gaidens déjà qui ne sont qu'une partie mineure d'ailleurs, les BD de Zem, avec mention spéciale pour Reboot, certains scenarii d'Azazel, même s'il n'y a pas forcément beaucoup de choses de publiées mes histoires... et sûrement bien d'autres encore !!

 

C'est pour ça que je veux axer une grosse partie du forum et du site de lecture en ligne LOST sur les productions en interne et pas juste le scantrad ou les animes ! Pour pouvoir donner un cadre aux gens pour se lancer et développer leurs projets ^^.

Afficher le message
rifiano59650 De rifiano59650
Kage
5322 messages
Posté le 25 décembre 2014 à 0:07

J'ai lu un peu ce qu'il y avait avant et vos projets sont tombé à l'eau:/ Vous avez l'air bien chaud en plus...

Afficher le message
Tensen De Tensen
Modérateur
2195 messages
Posté le 24 décembre 2014 à 19:52

Et voici les deux derniers chapitres :

 

Aventure 1, Chapitre 4 : Commando 2 : Haro sur l'ennemi !

 

Spoiler : Afficher

Un magicien, quel que soit son niveau, n'est jamais un adversaire facile à aborder ; comme le dit la croyance populaire, il a toujours plus d'un tour dans son sac, et il maitrise des forces occultes et improbables que nul ne pourrait se targuer d'être capable de défier, sans risquer fortement de perdre la vie. Nouridiev, tel était le doux nom du dernier lieutenant de Zariev, était donc un ennemi redoutable, ce que Kwik était en train d'apprendre à ses dépens.

 

... Non c'était pour rire. En fait Nouridiev lui-même avait pensé cela au tout début du combat ; il le faisait toujours car ce n'était pas quelqu'un de courageux et il avait besoin de se rassurer pour donner le meilleur de lui-même. C'est donc confiant qu'il avait commencé à lutter. On pourrait même dire qu'il avait fini de lutter en étant toujours aussi confiant, car au vu du peu de temps qu'il avait fallu à Kwik pour lui régler son compte, différencier le début du combat de sa fin revenait presque à distordre l'espace-temps.

 

Il est vrai qu'un magicien est un adversaire redoutable ; sauf quand il fait face à quelqu'un possédant un pouvoir permettant, entre autre, d'absorber les attaques magiques et autres projections d'énergie, pour ensuite s'en resservir en mettant le tout à sa sauce. Ce qui est le cas pour Kwik.

 

Nouridiev avait donc lancé d'une main une petite tornade en direction de son opposante, pensant ainsi la déconcentrer, puis de l'autre deux sortes de poignards constitués d'une surpression de l'air ambiant. Les deux attaques avaient été absorbées par Kwik qui les avait mélangées pour produire une unique flèche d'air, aussi large qu'un torse d'homme, qui était implacablement partie vers le magicien ; il avait commencé à se rendre compte que quelque chose clochait au moment où le haut de son corps basculant en avant il avait pu voir la moitié inférieure de son anatomie à l'envers. Depuis la scène rappelait vaguement la fin du combat entre Son Goku et Freezer, à la différence près qu'ici le Freezer était complètement mort, et que de toute manière il n'aurait pas été sauvé par son adversaire, et que le Goku portait une jupe à volants mi-longue, des chaussures à talons compensés d'une quinzaine de centimètre et un foulard de soie dans les cheveux, du plus bel effet au demeurant.

 

Depuis Kwik se concentrait et utilisait son aura en forme de scorpion pour absorber la chaleur environnante, dans le but charitable pour la santé publique de former par la suite un feu d'une chaleur suffisamment importante pour carboniser en quelques secondes des tonnes de caisses contenant des drogues diverses qui étaient stockées dans la pièce.

La dernière attaque d'Azazel avait amoché Kachka ; et accessoirement elle lui avait fait traverser un mur en brique d'un mètre d'épaisseur. Comme il avait la tête dure, et que même si ça n'avait pas été le cas il n'aurait pas eu grand-chose à perdre dans un traumatisme crânien, il se releva un peu courbaturé, des traces de griffures sur la poitrine, la barbe et les poils roussis. La première chose qu'il vit fut son chef. Ce qui ne contribua pas à lui redonner courage : celui-ci s'était fait briser un bras, un tibia et le genou de l'autre jambe par Tensen. Pour résumer rapidement la situation Zariev avait attaqué trois fois son adversaire, et à chaque fois un coup de canne avait fait mouche.

 

Depuis qu'il n'avait plus de jambe valide ses attaques ressemblaient beaucoup moins à des attaques ; un bon sens minimal aurait permis à n'importe qui de statuer que si, avec ses deux bras et ses deux jambes Zariev avait été incapable de faire autre chose que d'encaisser des coups lourdement handicapant à chacune de ses attaques, les résultats avec un seul bras valide ne pouvaient guère être miraculeux. Ne voulant pas se mettre les grands spécialiste de la logique mondiale à dos, Zariev conduisit habilement sa dernière attaque de manière à se faire briser le dernier de ses bras, se faire éclater la pommette gauche par le pommeau de la canne de Tensen, se prendre un coup de genou, vicieux mais porté avec un sourire angélique, dans l'entre-jambe et se faire plaquer si fort contre le mur que ce dernier choisit de se fissurer en laissant tomber une fine poussière de plâtre.

 

Kachka dans un état de délirium intense voulut se porter à son secours mais il en fut empêché par une grosse main qui s'abattit sur son épaule gauche, la broyant sous sa poigne, puis l'envoyant valser à travers la pièce. Quand il retrouva son équilibre il se rendit compte que la main appartenait à Azazel, et était au demeurant quelque peu griffue. Il n'eut pas le temps d'en voir plus, car ouvrant sa bouche, déformée au milieu de son visage enflé et tirant sur le démoniaque (non sans raison), ledit Azazel cracha une sorte de feu liquide, pouvant de loin être pris pour de la lave, qui eut pour conséquence remarquable de faire disparaitre le quart droit du visage de son adversaire, ainsi qu'une bande de dix centimètres de large environs partant de sa clavicule droite jusqu'au-dessus de sa hanche. Kachka s'effondra ce qui est bien compréhensible.

 

S'engagea alors un dialogue entre Tensen et Zariev :
« Qu'est-ce que tu me veux ! Je ne t'ai rien fait alors pourquoi tu t'en prends à moi, geignit Zariev.
- Vois-tu j'ai pour règle de ne jamais me mêler des affaires « humaines », c'est-à-dire pouvant être réglées avec un flingue ou une épée ; donc c'est pas parce que tu dealais, que tu mettais des filles sur le trottoir, que tu faisais du chantage et de l'extorsion de fonds que je m'en suis pris à toi.
- C'est quoi ces conneries ? Qu'est-ce que tu peux bien me vouloir alors ?!
- Tes artefacts magiques, qui te les a fourni ? La même personne qui t'a demandé de me faire flanquer une dérouiller l'autre soir, non ? Ce que j'aimerais avoir c'est son petit nom et le lieu où il se planque... Et avant que tu me dises que tu ne sais rien, ou bien que tu essaies de me faire croire que tu n'es pas une balance, je vais te faire sentir pourquoi tu as intérêt à tout me dire... »

 

C'est guidé par les cris de souffrance de Zariev que Zemtsvo descendit lui aussi au dernier sous-sol. Il arriva devant la pièce où se terrait Zariev au moment où Tensen et Azazel en sortaient.

 

« C'est pour quel rituel vaudou que vous avez égorgé un porc la dedans, demanda-t-il avec un regard froid
- Celui de la grande vengeance, et si je ne me trompe pas c'est plutôt parti pour marcher, lui répondit Tensen, avant d'être coupé par l'arrivée d'une Kwik visiblement pressée.
- Qu'est-ce que tu as, lui demanda Azazel.
- Le feu aux fesses, répondit très sérieusement Kwik. Puis après quelque secondes sans réaction de la part de Zem tous les regards se tournèrent vers lui et elle lui demanda : tu es malade ? J'ai dit que j'avais le feu aux fesses, tu aurais dû faire une blague salace en essayant de passer la main sous mes sous-vêtements en me caressant les fesses.
- Hum... désolé je suis encore un peu énervé j'en ai pas vraiment envie là, dit Zem en haussant les épaules.
- Ca me fait de la peine de te voir comme ça ; t'es sûr que tu veux pas me tripoter un peu, je te promets de pas te taper trop fort...
- Non c'est gentil mais j'ai vraiment pas la tête à ça... et pourquoi tu étais pressée au fait ?
- Ha oui j'ai mis le feu aux réserves de drogue de Zariev, sauf que j'avais pas fait gaffe, mais en fait ces idiots rangeaient de la poudre à canon à côté de la coke, du coup ça devrait pas tarder à péter, fit Kwik en se dandinant d'un pied sur l'autre, un peu gênée.
- Sans déconner, lança Azazel. »

 

Et ils coururent.

 

De retour au lycée, qui était devenu en quelque sorte leur QG, ils firent un point sur la suite des évènements, avec Diane, Emeline, Anthony et Leonhard.

 

« Actuellement nous avons éliminé un gang, le gang principal de Toulouse pour être précis. On pourrait penser que c'est bon, c'est fini, on a gagné, on retourne faire la fête, fin de l'histoire, commença Tensen. Or erreur, tout ne fait que commencer : le second gang, qui est bien moins connu car il n'agit pas dans la pleine lumière, est bien plus dangereux ; son chef en particulier est redoutable.
- Donc si je comprends bien la situation on va enchainer sur une attaque de leur repère, c'est pour ça que tu as discuté avec Zariev, l'interrogea Azazel.
- « Discuté », le coupa Zemtsvo qui semblait avoir repris un peu d'entrain, je dirai pas combien il faudrait de mecs ensembles sur une pucelle pour réussir à lui faire produire un son pareil, mais d'expérience ça fait beaucoup... Enfin c'était pas mon délire hein, c'était dans un club libertin, dans les années 90, une fille complètement dingue, précisa-t-il dans la foulée en jetant un regard inquiet en direction de Diane pour voir comment la jeune fille réagissait à l'anecdote.
- Tu t'enfonces Zem, arrête, lui conseilla Kwik compatissante.
- Hum bref, reprit Tensen, Azazel a bien résumé les choses il s'agit maintenant de couper la vraie tête du trafic qui relève de notre domaine d'action. Il va falloir faire attention, leur chef n'es pas un rigolo comme Zariev, et ce serait étonnant s'il avait sous ses ordres des enfants de c?ur ; on va avoir du vrai combat...
- Et j'imagine que nous devons rester ici à protéger le lycée, encooore une fois, se lamenta Emeline.
- Affirmatif, autant contre Zariev ça aurait été dangereux que vous veniez mais avec nous il n'y aurait certainement pas eu de problème, autant là ce serait du vrai suicide !
- J'ai l'impression que tu connais le boss de ce gang, je me trompe Ten, demanda Iaz.
- ... Non tu ne te trompes pas ; je le connais depuis un petit moment, mais on ne s'est pas vu depuis assez longtemps aussi. Il a quelque chose qui m'appartient et il a commis un acte que je ne peux pas pardonner, mais ça ne change rien à la situation, ni à notre objectif, répondit Tensen d'abord le regard u peu vague, puis plus déterminé.
- La vraie question c'est : vas-tu tenir ? Tu nous as embobiné, tu n'as pas récupéré plus que cela, tu subis encore le contrecoup de ta dérouillée de tantôt, et tes efforts contre Zariev ne t'ont certes pas amené de blessures supplémentaires, mais t'ont quand même affaiblis. Et contre ce mec tu risques d'être juste, lui fit remarquer Zemtsvo.
- C'est vrai, reconnut Tensen. Mais de toute manière la machine est lancée, il ne nous laisserait pas de répit, même si nous n'attaquions pas je ne pourrais pas récupérer parce que ce serait lui qui attaquerait. Je sais aussi que je suis loin d'être le plus fort de nous tous en temps normal, et que vu mon état je suis clairement le plus faible des LOST ici, mais j'aimerais quand même que vous me laissiez l'affronter.
- C'est une bêtise monumentale. Mais tu n'es pas sans savoir que c'est le genre de bêtise qu'on fait en même temps qu'on respire, nous les LOST, lui rétorqua Kwik en souriant.
- Alors dans ce cas je n'ai plus qu'une seule chose à dire : sus à l'ennemi ! »

 

 

Aventure 1, Chapitre 5 : Le Démon, la Brute et le Senpai

 

 

Spoiler :

Ils avaient pris position en bord de Garonne, avec un point de vue surplombant sur une arcade réalisée par les briques rouges si caractéristiques de Toulouse. Cela faisait quelques minutes qu'ils étaient en observation et guettaient les moindre allées-venues. Mais rien n'avait bougé depuis lors, et le temps leur était relativement compté, pour peu qu'ils désirassent profiter de l'effet de surprise.

 

« C'est à l'intérieur de cette arcade, du moins d'après les informations que j'ai obtenues de Zariev. Mais je pense qu'elles sont bonnes, chuchota Tensen.
- Je ne comprends pas très bien comment fonctionne ce truc, lui souffla Azazel.
- C'est une sorte de panneau dimensionnel ; de l'extérieur c'est un simple mur en brique sous une arcade, mais sous la bonne impulsion magique il se transforme en porte et donne accès à ces souterrains sinueux cachés par derrière.
- Je n'avais jamais entendu dire que Toulouse comportait de nombreux souterrains jusqu'à aujourd'hui, lui fit remarquer iAz.
- Ce n'est pas forcément très connu, il faut avoir des connaissances assez solides dans l'histoire de cette ville, répondit Tensen dans un sourire. Mais Toulouse a toujours été assez fréquentée par les magiciens de tout poil, et par conséquent ce genre de porte dérobée pullule. Les profondeurs de la ville cachent bien plus de secrets que vous ne pouvez l'imaginer, et particulier les souterrains qui transforment le sous-sol en un véritable gruyère.
- En gruyère ? Le coin commence à me plaire alors, lança Azazel avec un petit air nostalgique.
- Du coup comment est-ce qu'on va faire pour pénétrer dans la planque de l'autre espèce d'affreux jojo, demanda Kwik.
- Bonne question ; ce genre de porte est parmi les plus difficile à ouvrir quand on a pas la « clef ». La démarche habituelle consiste à se synchroniser avec le système magique à l'oeuvre derrière le mécanisme, et ensuite l'activer ; sauf que c'est galère, ça prend un temps fou, et il faut faire gaffe à pas se faire prendre, et ça c'est pas évident. J'avais une amie qui faisait ça très bine à une époque, entre autre choses qu'elle faisait bien d'ailleurs.
- Ce n'est visiblement pas ce que tu as prévu de faire, je me trompe, le coupa Zemtsvo. Il y a d'autres moyens ?
- Ho oui, bien sûr. Et effectivement on ne va pas procéder comme ça, on va utiliser une méthode à peine moins subtile, mais beaucooouuup plus simple, acquiesça Tensen.
- Et qu'est-ce que c'est ce moyen ^_^, lui demanda Azazel.
- On casse tout. »

 

L'intérieur de la planque ressemblait un peu à une crypte, ou bien à des catacombes. Bref la déco ne mettait pas forcément en confiance.

 

« Au risque de poser une question bête, se hasarda iAz, comment le simple fait de taper dans cette paroi imbibée de magie a-t-il pu suffire à briser le verrou et à nous faire accéder à la boite la plus chaude du centre ville ?
- C'est dû à la nature de nos attaques, je me trompe Tensen, répondit Azazel.
- Non non, c'est bien ça, on en avait longuement parlé à une époque, si tu veux expliquer aux autres...
- En fait même nos attaques les plus physiques contiennent une part clairement non négligeable d'énergie. Elle est naturellement tirée du fait que nous soyons des êtres vivants, ce ne serait pas le cas pour un bulldozer qui essaierait de défoncer l'entrée par exemple. C'est d'autant plus vrai pour nous autres LOST qui avons la totalité de notre corps abondamment saturée par l'énergie de nature associée à notre Péché. Bref quand on attaque une éléments magique avec des attaques porteuses d'énergie on affaiblit naturellement la structure magique de l'élément visé par l'attaque. C'est l'une des raisons pour laquelle des humains normaux ne peuvent normalement pas détruire d'artefact magique un tant soi peu évolué, parce que leurs attaques se limitent presque entièrement à des attaques physiques. En revanche nous sommes tout à fait à même de briser une barrière magique avec de grands coups de latte dans ladite barrière ^_^.
- Ho il sont très savants les petitous, ricana une voix devant eux.
- V'la le comité d'accueil les aminches, chantonna Zemstvo en se frottant les mains. »

 

Un homme assez grand, un peu sec, à l'allure dégingandée, les cheveux légèrement épars en grosses mèches grises, la peau rougeâtre et comme parcheminée fit son apparition pour leur barrer le chemin.

 

« Il n'a envoyé qu'une seule personne pour nous arrêter, c'est un peu imprudent non, le questionna Tensen avec un air intrigué.
- Non rassure-toi l'ami je ne suis pas seul, tu devrai regarder autour de vous, lui répondit son vis-à-vis. »

 

Et au même instant des dizaines d'hommes se matérialisèrent, encerclant le petit groupe.

 

« Invisibilité et barrière pour éviter que l'on détecte leurs aura hein, analysa Kwik. Vous êtes pires avec vos artefacts que des gamins avec des jouets à Noël !
- Et bien plus dangereux aussi, s'écria leur interlocuteur »

 

Tout se précipita. Les mafieux se jetèrent sur les intrus de manière plutôt désordonnée. Un individu assez rond qui les avait complètement contournés se jeta aussi dans la mêlée, dans l'objectif évident de briser la formation et blesser suffisamment les LOST pour permettre aux sous-fifres de se battre presque d'égal à égal avec eux. Son coup de poing fut cependant arrêté par un coup de pied sauté de Kwik, qui n'attendit pas et enchaîna avec un coup de genoux dans le thorax ; qui n'eut pas leur de faire grand effet à la boule de bowling qui lui servait d'adversaire. Le grand escogriffe fonça pour barrer la route à Tensen, qui fonçait lui aussi mais dans l'autre sens ; Tensen put continuer sa route grâce à l'intervention providentielle de iAz, qui fouettant l'air de son bras gauche transformé en épée força son adversaire à parer le coup à l'aide des deux griffes qui prolongeaient l'index et l'annulaire de sa main gauche.

 

Après s'être extirpé de la masse combattante Tensen cria à ses compagnons : « je pars devant, on fait comme prévu !! Essayez de débloquer les systèmes de sécurité au plus vite ».

 

Répondant à cet appel Azazel, qui avait réussi à se frayer un chemin parmi ses opposants en les carbonisant sur place, profita d'une porte dérobée pour s'enfoncer dans les profondeurs du souterrain. De son côté Kwik asséna un grand coup de pied dans la tête de son sphérique adversaire, ce qui parvint à le faire reculer de quelques pas ; elle s'échappa alors par une autre porte, tandis que Zemtso immobilisait bien aimablement la petite colline de muscle. Cette dernière s'écria alors : « ils se dirigent vers les générateurs, qu'est-ce qu'on fait Yziel ? », ce à quoi l'escogriffe répondit : « on les poursuit, de toute façon l'autre a besoin qu'ils détruisent les systèmes de sécurité pour pouvoir avancer, tu prends la fille Dornan ! ».

 

Yziel partit alors sur les traces d'Azazel et Dornan après Kwik, laissant iAz et Zemtsvo faire face à la meute de sous-fifres.

 

« Ça se présente plutôt bien pour l'instant non, demanda iAz en se faisant craquer les jointures des doigts.
- Carrément, on va pouvoir se reposer et être frais pour le grand final, frétilla Zemtsvo en sortant les mains de ses poches.
- Déblayons le menu fretin dans ce cas, plus vite on aura fini, plus vite on pourra faire une sieste !"


Yziel courrait maintenant depuis un petit moment, sans parvenir à rattraper le fuyard ; cela l'inquiétait un petit peu, mais de toute manière il ne se faisait pas d'illusions : aussi rapide que soit ce petit saboteur il ne pouvait pas avoir assez d'avance pour atteindre la salle du générateur magique et lui faire le moindre dégat avant son arrivée. Et là il verrait de quel bois Yziel se chauffait. Il déboucha bientôt dans une grande salle voutée, mais à sa grande surprise personne ne s'y trouvait déjà. Tandis qu'il cherchait dans les recoins sombres si Azazel ne s'y cachait pas il entendit une voix un rien moqueuse résonner derrière lui :

 

« Merci pour la visite guidée l'ami ! »

 

En se retournant il vit Azazel nonchalamment appuyé contre le mur à l'entrée de la pièce.

 

« Qu'est-ce que ça veut dire !! Tu étais sensé être devant moi pourtant, éructa Yziel.
- Et oui mais non. Tu croyais vraiment que je savais où se trouvait votre foutu générateur ? Bah non. Du coup je me suis dit que le moyen le moins idiot pour arriver à bon port c'était encore de te laisser passer devant et de te suivre ; un plan réglé comme une horloge ^_^.
- Petit enfoiré ! Mais qu'importe, tu ne pourras pas me battre, donc ça ne change rien que tu sois parvenu jusqu'ici, se moqua Yziel.
- Ho mais c'est pas grave ça, Tensen n'a pas besoin que la sécurité soit coupée pour avancer ! Toute cette mascarade c'était juste pour vous empêcher de partir à sa poursuite et laisser iAz et Zem peinard, pour qu'ils soient en forme pour la suite des évènements. Autrement dit, maintenant qu'on est en tête à tête, on va pouvoir profiter l'un de l'autre... ».


« C'est quoi cette putain d'histoire !!!! C'est un sale plan de petit rat que t'as imaginé avec tes putains d'amis putain de salope, hurla Dornan comme possédé.
- Ton lyrisme m'émeut à un point mon gros, tu peux pas savoir, lui répondit Kwik sarcastique.
- Mon gros ? MON GROS !!!!! beugla Dornan en frappant le sol frénétiquement. C'est pour ça que je supporte pas les gonzesses, elles te prennent de haut parce que tu correspond aux putains de canon de beauté qu'elles ont dans leur putain de tête !!!!
-Tu n'aimes pas les femmes alors ? C'est dommage je suis sûr qu'un peu de leur douceur et de leur délicatesse te ferait beaucoup de bien (pas que je sois particulièrement douce et délicate moi même ceci dit)...
- Ha ouais, douceur et délicatesse, j'aimme bien les putains de gonzesses en fait. J'adore leur peau toute douce, quand elle commence à se déchirer en se décollant de leur chair, quand leurs petits os fragiles se brisent sous mes gros doigts, et je peux les sortir de leur corps meurtris avec mes dents, avant de leurs planter à un endroit... très sensible !!!
- Continue tu m'excites... en fait non, conclut-elle en frappant de toutes ses forces la tête en forme de caillou de son ennemi... qui avait triplé de volume !!
- Laisse moi t'expliquer quel est le pouvoir de l'artefact que je me suis greffé. Toutes les petites bulles que tu vois sur mon corps injectent en permanence des hormones qui accroissent ma taille te la force physique avec, tu vas voir que tu vas adorer quand je ferai ça avec certaines parties de mon corps, une fois que tu seras devenues une femme tronc !! »

 

Et il fit gonfler son corps jusqu'à ce qu'il atteigne quatre fois son volume initial, bodybuildé. Il frappa ensuite Kwik, qui ne put encaisser totalement le coup partit s'écraser contre l'une des parois de la pièce, s'enfonçant un peu dans le mur pourtant solide. Avant qu'elle n'ait pu se protéger efficacement il continua à la rouer de coups, l'écrasant presque à chaque fois contre les murs, et lui faisant cracher de longs jets sanguinolents. Alors qu'elle retombait à quelques mètres de lui, il rugit : « Subit la puissance de Dornan la Brute ! ».

 

 

Yziel planta ses griffes dans le sol afin de ralentir ; ils avait esquivé sans grande difficulté les jets de flammes lancés par Azazel, mais l'enflement du bras de ce dernier l'avait surpris et il n'avait pu totalement encaisser le coup, qui l'avait projeté plusieurs mètres en arrière. Il vit Son adversaire lui tomber dessus, ayant profiter d'un voile de flammes et de l'étourdissement de son ennemi pour continuer sa série d'attaques. Cette fois-ci Yziel ne fut pas pris au dépourvu ; bien qu'il n'ait remarqué l'attaque que tardivement il s'aida de ses deux bras, reliés au sol via les griffes, pour augmenter l'impulsion de ses jambes, et Azazel éclata le sol à l'endroit où il se trouvait quelques fractions de seconde plus tôt. Toujours à l'aide de ses griffes Yziel reprit son appui plus rapidement que son adversaire et se jeta sur lui avant qu'il ne se soit totalement remis de son petit écrasement au sol. Azazel évita le premier coup de griffe, mais pas le deuxième qui lacéra ses chairs au niveau de la poitrine. Avant de subir une autre attaque il transforma ses avant bras, faisant apparaître ses propres griffes de démon, et les abattit sur Yziel. Celui-ci tint bon, mais le choc le fit plier. Ricanant il dit alors : « si tu crois pouvoir me vaincre avec de la force pure... » ; partant de ses griffes de fines zébrures argentée brillantes remontèrent le long de ses bras pour atteindre sa mâchoire, qui se mit à croître jusqu'à laisser paraître deux grands croc sur sa mâchoire supérieure et de même sur l'inférieure. Condensant son énergie entre ses dents de sabre il envoya en direction d'Azazel une imposante vague d'énergie qui explosa en dizaines de morsures sur le corps du LOST, le propulsant loin en dehors de la salle.

 

Rugissant Yziel lança : « Seule la mort t'attend pour avoir oser me défier, Yziel le Démon ! Quant à ton ami, qu'il rencontre donc notre chef, et il n'aura pas plus de futur que toi... »

 

 

Tensen avait désactivé localement tous les pièges placés sur sa route ; le système de sécurité lui avait également offert un moyen efficace et pratique pour se diriger dans le dédale de souterrains.. Il savait donc que l'homme serait seul dans cette salle. Quant à son identité il y avait un moment qu'il la connaissait, tout au plus le voir de ses propres yeux serait-il une confirmation définitive. Toute l'opération avait été monté dans l'unique objectif de les mettre en présence après tout, et il serait probablement de mauvais goût qu'il se fût trompé. Il pénétra dans la pièce, et d'un coup d'oeil vérifia tout ce qu'il y avait à vérifier. Puis une voix rauque, vieille l'accueillit :

« Yo, Tensen !
- Yo, Senpai. »

A suivre dans le chapitre 6 / Le Maître, les sabres et les deux disciples

 

 

 

 

Afficher le message
Tensen De Tensen
Modérateur
2195 messages
Posté le 24 décembre 2014 à 19:48

Yo everybody ! Petit cadeau de Noël (pour ceux qui voient ça comme un cadeau de Noël bien sûr ^^), avec ce nouveau chapitre de ma fanficsur les LOST !! Et puisque je poste ici aussi, pour pas que les gens soient perdus je remets aussi les précédents chapitres ;) :

 

Aventure 1, Chapitre 1 : Le Python se fait de nouveaux ennemis

 

Spoiler :

Le Python se fait de nouveaux ennemis


Le quartier Saint-Pierre de Toulouse est particulièrement bien connu des étudiants, qui s'y retrouvent régulièrement pour communier tous ensemble autour d'une valeur fondamentale : l'alcool. Parce qu'à Saint-Pierre la densité volumique de débit de boisson est à peu près aussi élevée que celle d'individus complètement torchés, les deux éléments n'étant peut-être pas tout à fait indépendant. Ceci dit le coin est plutôt sympathique dès lors qu'on ne le fréquente pas dans l'espoir fou d'avoir une discussion philosophique sur l'évolution de la population Inuit au Groenland au cours du XV° siècle. Naturellement on y retrouve des élèves de classes préparatoires de temps à autres, et le dernier week-end avant des vacances scolaire est généralement un moment bien choisi pour aller faire fête.


C'est aussi ce qu'avait dû penser Tensen et ses amis en y allant ce fameux samedi soir. Parler de dimanche matin serait d'ailleurs plus approprié car ils quittèrent les lieux vers une heure redoutablement proche de l'aurore. Un peu gris, fatigués, mais l'air heureux. Dans la lueur pale des réverbères il se trouvait quelques passants éméchés avec suffisamment de réactivité pour s'étonner du costume trois pièce de Tensen, veste et pantalon bleu roi de même que le foulard qui remplaçait la traditionnelle cravate, gilet blanc à motifs dorés, le tout accompagné d'une canne en acajou à pommeau en vermillon comme l'aurait remarqué des connaisseurs.


L'épuisement ne les empêchait nullement de continuer à discuter, à se chamailler :
« Je comprends pas pourquoi on a été obligé de partir si tôt, s'exclama Tensen en prenant un air mélodramatique.
- C'est pas particulièrement tôt, il est déjà quatre heure. Et puis y en a qui doivent travailler tu sais, lui rétorqua une jeune fille brune et élancée du groupe.
- Ouaip, on a pas tous la science infuse comme toi, continua une autre fille brune aux cheveux bouclés et avec de petite fossettes.
- My my my, qu'est-ce que vous pouvez être conventionnelles toutes les deux, c'est à mourir d'ennui ; je vous ai déjà dit que je pouvais vous faire assimiler tout le bataclan pour les concours en un claquement de doigts, alors pourquoi vous continuez à vous embêter avec tout ça ?
- Parce qu'on a pas forcément envie de se faire trafiquer, répondit un jeune homme aux cheveux courts et blonds, qui ne portait qu'une simple chemise manches courtes malgré la fraicheur de l'air. Et puis torcher des exercices pour assimiler le cours, se rendre compte qu'on galère comme des chiens à certains moment et puis débloquer le truc c'est tellement stylé !!
- T'es vraiment bizarre Antho ; le pire c'est que j'imagine qu'Emeline et Diane pensent la même chose que toi !
- Bah oui plutôt, répondit Diane la bouclée.
- Sauf pour la fin, on n'est pas tous dingues comme Anthony, nuança Emeline.
- Pff ! Que je suis malheureux. Heureusement je sais que toi au moins tu penses comme moi, n'est-ce pas, demanda-t-il à une troisième fille brune en faisant semblant de sangloter sur son épaule.
- Non mais je suis d'accord avec eux en fait, fit-elle dans un sourire.
- Je vais me jeter dans la Garonne.
- Mais non ce serait bête, c'est pas si grave tu sais, je suis d'accord moi, dit en le retenant un jeune homme châtain.
- Oui mais toi t'es un traitre, t'es en médecine, pis en plus t'as déjà passé ton concours du coup tu t'en fous.
- Si tu le prends comme ça je vois pas pourquoi je te retiendrais...
- Hé hé, mais ils sont joyeux les petits ; c'est bien, c'est bien. Mais ils ont fait un peu trop de bruit, va falloir compenser !! Faites péter la tune les jeunes, et toi l'rupin, j'te verrais bien te foutre à poil pour nous filer tes fringues, lança goguenard un type à l'air crasseux, accompagné de trois acolytes en tous points semblables, tenant qui un couteau, qui une barre en fer, qui un poing américain, qui une chaine.
- Ho mais ne serait-ce point la des menaces messieurs, fit Tensen en souriant, retrouvant d'un coup un semblant de sérieux.
- Mais non c'est pas des menaces, d'ailleurs si tu t'grouilles d'obéir p'tète qu'on t'cassras même pas la gueule et qu'on f'ra rien aux p'tites salopes qui sont avec toi !
- Mauvaise réponse, murmura Tensen, après s'être déplacé à grande vitesse jusqu'à placer sa tête à côté de celle du chef des agresseurs.


Avant que celui-ci n'ait pu comprendre ce qui lui arrivait un coup de poing dans le ventre le fit se tordre par terre de douleur, tandis qu'il régurgitait tout ce que son estomac pouvait contenir de plus ou moins répugnant. Sans perdre de temps Tensen abattit sa canne sur le genou d'un autre des hommes, genoux qui explosa joliment, faisant choir son possesseur. L'homme à la chaine tenta d'attaquer, mais enroulant ladite chaine autour de sa main, Tensen la brisa avant de casser le bras de l'attaquant entre le coude et le poignet, puis entre le coude et l'épaule. Pour faire bonne figure il enfonça le nez du dernier d'un coup de poing et frappa son entrejambe de sa canne.


« Bien, bien, voici une affaire de réglée, fit Tensen en rajustant son chapeau haut de forme. Vous apprendrez messieurs qu'insulter la gent féminine devant moi peut être générateur de quelques menus désagréments...
- Tu sais... on aurait pu s'en charger nous-même, lui fit remarquer Emeline.
- Oui c'est pas la peine de toujours faire le sale boulot, on est capable de se défendre, renchérit Leonarhd.
- Sans parler que ça nous aurait permis de prendre un peu d'exercice, bougonna Diane.
- D'ac j'y penserai la prochaine fois, promis Tensen. Vous venez ? J'ai envie de rentrer, une certaine bouteille de cognac qui m'attend avec impatience... »

 

Le dimanche s'était passé sans problème, fors une gueule de bois carabinée pour les cinq camarades de Tensen ; par solidarité il avait essayé de faire semblant d'être lui aussi indisposé mais il avait craqué au bout d'un quart d'heure à peine. L'effort avait cependant été apprécié. Le lundi était venu beaucoup trop vite, et la dernière semaine de cours avait commencée. Rien d'exceptionnel en vue. A dix heures, pour l'interclasse, profitant d'un temps clément et ensoleillé la plupart des étudiants s'étaient retrouvés dans la cour. Ceci explique le désordre qui suivit, quand un groupe important d'individus, armés de manière diverse et variée firent irruption.

Une trentaine d'hommes, visiblement dirigé par six autres individus, pénétrèrent dans l'établissement en force et se répandirent dans la cour, bloquant au passage bon nombre d'issues. Ceux qui remarquèrent les armes furent pris de panique et cherchèrent à s'échapper, lançant une cohue monstre. C'est alors que les intrus commencèrent leur ?uvre de mort.

Mais c'était sans compter sur Tensen, qui entendait bien empêcher au maximum qu'il n'y ait de victimes.
*ils sont au service des boss de ceux que j'ai tabassé samedi ; sans aucun doute. Diane n'est pas encore arrivée, elle commence à dix heure ; et Emeline est à l'autre bout du bâtiment, comme Antho, mais de toute façon ces mecs sont trop forts pour Antho. Le temps qu'Emeline comprenne qu'il y a du grabuge il y aura eu des victimes, va falloir que j'encadre ça seul... *

 

Il commença à s'interposer entre ceux des agresseurs qui étaient le plus près de lui et les élèves. Ses ennemis ne parurent pas surpris de le voir prendre part aux combats, ce qui n'empêcha pas Tensen de les mettre hors de combat en quelques coups. Il avait diminué les rangs adverses de trois de leurs membres, mais la situation ne s'était pas vraiment améliorée ; de plus il lui avait suffi de ces quelques coups échangés pour se rendre compte que l'attaque était menée par des combattants expérimentés. Bien sûr la plupart ne pourraient même pas riposter face à lui, mais avec leur nombre et la contrainte qu'il s'imposait de protéger ses camarades... sans parler du niveau de leurs chefs, qui sans être une menace directe pour lui pouvaient se trouver être dangereux combinés à l'ensemble de la situation.

 

Il allait repartir vers un autre groupe quand il vit la fille brune qui l'avait accompagné Samedi soir sur le point de se faire frapper par un olibrius avec un long sabre à la main. En une second il fut près d'elle et l'entourant de se bars il la protégea de l'attaque ; ce faisant le coup l'atteignit lui et son dos fut profondément balafré de part en part. Sans se préoccuper de celui qui l'avait blessé il prit la fille dans ses bras et se déplaça à grande vitesse su le faitage du toit le plus proche.

 

« J'ai mis si longtemps à te retrouver mon impératrice, lui lança-t-il un large sourire aux lèvres, qu'il est hors de question de te laisser courir le moindre risque ! »
Mais tandis qu'il lui murmurait ces quelques mots à l'oreille deux hommes l'attaquèrent par derrière, déchirant encore plus son dos ; un coup faillit atteindre la jeune fille, mais Tensen leva son bras droit pour l'arrêter, bras qui fut violemment entaillé. Ne perdant pas plus de temps il créa une plate-forme semi-translucide sur laquelle il déposa la fille, plate-forme qu'il entoura ensuite d'une barrière aussi translucide. Puis il propulsa le tout en l'air jusqu'à le perdre de vue. Visiblement ce « tour de magie » lui avait coûté beaucoup d'énergie, car lorsqu'il se défit d'un puissant coup de ses deux agresseurs il était à bout de souffle. Et le coup ne fut pas assez puissant pour éliminer complètement ses adversaires qui se relevèrent, certes bien meurtris.

 

Lorsque Tensen redescendit il fut immédiatement entouré par quatre autres sous-fifres, et par trois des leaders du groupe. S'apprêtant à livrer une rude bataille Tensen jeta d'abord un coup d'?il alentours pour s'informer de la situation sur le reste du champ de bataille, et son c?ur manque un battement lorsqu'il repéra trois endroits où les malfrats allaient porter la mort. Il voulut se porter à leur secours, mais l'effet cumulé de son indécision quant au groupe à aller protéger, de ses blessures, et de la rapidité d'un des chefs fit qu'il put tout juste éviter le coup de pied ravageur qui lui été destiné.
Il vit la lame s'abaisser sur la jeune fille en pleur, les balles sortirent des armes automatiques en direction des corps encore jeunes de cette classe de premières années, le poing s'apprêter à broyer le crane de ce pauvre jeune homme qui s'était interposé pour protéger sa petite amie blessée. Et en lui il hurla comme un damné, rempli d'une rage vaine.

 

Et puis un coup de pied arracha ce bras meurtrier, une déferlante de flammes fit fondre le plomb des balles et reculer les assassins, un doigt se tendit vers le sabreur homicide, et fit dévier son coup, épargnant la jeune vie.

 

« Tss, pas bien de s'attaquer aux péronnelles, je suis d'avis qu'il faut laisser aux jolies fleurs le temps d'éclore avant de les cueillir ; du doigté mon ami, prend exemple sur moi ».

Et alors Tensen les vit, à califourchon sur un toit dévoilant ses dents dans un sourire, martial sortant du feu vengeur, courroucée dans un tourbillon de cheveux noirs. Il n'était plus seul, les renforts étaient arrivés. Zemtsvo, Azazel et Kwik étaient là !

 

 

Aventure  1, Chapitre 2 : Commando 1 : Obtenir des informations

 

Spoiler :

Les assaillants s'étaient immobilisés ; l'intervention impromptue des compagnons de Tensen n'était probablement pas prévue au programme (c'est souvent le cas avec les trucs impromptus), et ils semblaient se trouver face à une résistance plus importante que prévue. D'abord Tensen avait été blessé et affaiblit rapidement et sans grandes pertes. Mais maintenant il recevait des renforts !

 

« Ils t'ont sacrément amoché les comiques, comment ça ce fait, demanda Zemtsvo sur son toit perché.
- Un malheureux concours de circonstances, je vous expliquerai après, là on est peut-être un peu occupé non ?
- Tu veux qu'on t'aide à déblayer la racaille ?
- Bien sûr qu'il veut qu'on l'aide, t'as vu le nombre de victimes collatérales qu'il peut y avoir si on fait pas gaffe, lui répondit Kwik.
- Holala, t'es trop tendue Kwikette, tu veux pas que je te fasse un massage, ça te détendrait et moi aussi...
- Elle a raison Zem, c'est pas le moment de faire les idiots. On aura meilleurs temps plaisanter après, le reprit Azazel.
- Oki j'ai compris chef ; votre mission si vous l'acceptez : protéger les minots ! J'ai le droit d'accepter les récompenses en nature de la part de toutes les jeunes filles qui succomberont à mon charme ravageur quand je les sauverai des griffes des affreux méchants ?
- Fais gaffe Zem, y en a qui savent ruer à des endroits mal placé... je dis ça c'est pour toi. Laissez-moi juste les comiques qui m'entourent, le reste... faites-vous plaisir !
- Ben voyons, hurla un des leaders. Finissez votre boulot vous autre, et après débarrassez-nous des gêneurs ! »

 

Les bandits se jetèrent de nouveau sur les élèves, mais les LOST furent plus rapides, et plus puissants.

 

Zem se matérialisa en un clin d'?il devant son opposant agité du sabre, d'un doigt il le paralysa, tandis qu'il le plongeait dans de terrifiantes hallucinations en dérangeant ses flux d'énergie. Il lui pompa toute l'électricité de son corps, puis posant rapidement sa main sur la poitrine de l'ennemi il perturba son énergie au point de le transformer en bombe humaine, qui explosa dans un torrent de chair et de sang. Il chargea l'électricité ainsi prélevée au bout de chacun de ses index et projeta les boules qu'il venait de former sur deux autres assaillants, qui furent foudroyés et en grande partie incinérés. Il se boosta avec le reste de l'électricité, ce qui lui permit de parer l'attaque d'un des leaders, de lui labourer le ventre de ses doigts transformés en véritables scalpel par le courant qui traversait son corps, puis sautant par-dessus son ennemi moribond, il pris appui sur sa tête pour faire une pirouette, et fit exploser dans le même temps ladite tête. Retombant sur ses pieds il perça le c?ur d'un autre homme, puis prenant le contrôle d'un dernier adversaire en manipulant ses signaux nerveux il le fit se poignarder lui-même, avant de l'achever d'une torsion de la nuque.

 

Pendant ce temps Azazel mettait le feu à deux opposants, rouait de coups enflammés un troisième, puis au moment où il s'apprêtait à foncer sur une quatrième victime, il se fit intercepter par un leader. Il évita l'enchainement de coups de poing et de pied avec une grâce sobre, puis matérialisa du bout des doigts un jet de flammes, qui ne toucha que peu son adversaire, celui-ci ayant vivement reculé aux prémices de l'attaque. Changeant de tactique, Azazel fit apparaitre cette fois-ci un rideau de flammes plus diffuses mais également plus étendues, qui plus que de blesser l'ennemi l'aveuglèrent ; profitant du manque de visibilité il se déplaça à toute vitesse derrière son opposant et une lueur inquiétante dans le regard fit gonfler sa main, des griffes apparurent à la place des ongles, et lorsqu'il s'en servit pour frapper le leader, la cour fut déchirée par de violentes griffures flamboyantes.

 

Kwik, d'un bond, mis fin aux velléités de celui qu'elle venant d'envoyer au tapis de se relever. A sa grande surprise elle vit se dresser devant elle un leader et ce qui semblait être son bras droit, tous deux armés de manière sérieuse, l'un avec un lance-flamme, l'autre avec une épée, visiblement rattachée à l'élément « vent », pour le peu des runes qui y étaient gravées qu'elle parvenait à déchiffrer. Le torrent de flammes comme la lame d'air qui lui était destinée furent absorbées par sa sphère, qu'elle matérialisa autour d'elle ; elle fit de plus apparaître deux jarres qui se remplirent un peu, ainsi qu'un chaudron, localisé entre les deux jarres, au-dessus de sa tête. Vidant la plus grosse partie d'une jarre et une petite partie de l'autre dans ledit chaudron, elle produisit une nuée de petits papillons de feu qui mirent hors de combat non seulement l'homme au lance-flamme, mais aussi un de ses acolytes. Finissant de vider les deux jarres dans le chaudron, elle lança une puissante lame de feu qui manqua couper en deux le leader.

 

Voyant que la situation commençait à sentir le roussi, voire le barbecue, six des assaillants tentèrent de s'enfuir ; trouvant sur leur route des blessés de l'attaque ils s'apprêtaient à les achever quand ils butèrent dans un individu. Grand, la peau mate, ses cheveux noir de jais n'apparaissant que sur la moitié de son crane qui ne disparaissait pas sous une portion de heaume, qui semblait présenter autour de son ?il gauche comme un réticule, iAz leur barrait le passage. L'un des hommes tacha de l'écarter du chemin d'un coup d'épée, mais ladite épée fut bloquée... par le bras gauche d'iAz transformé lui aussi en épée ; qui trancha comme dans du beurre dans celle de son adversaire, et fit de même avec son corps. Avisant les autres assaillants, il transforma son avant-bras droit en chaine, et sa main droite en la boule hérissée de pique d'une masse d'arme ; d'un seul geste il élimina trois des hommes. Les deux autre fuirent encore, mais pointant son ?il gauche vers eux iAz fit : « il n'est que justice que les fuyard subissent les mêmes peines que ceux qui combattent. » Et les deux hommes explosèrent au milieu de flammes, d'éclairs et de coups invisibles.

 

« Verrouillage terminé, fit ensuite iAz à l'intention de Zemtsvo, Azazel et Kwik. Sauf les tiens Ten. Il n'y a pas de mec en embuscade, les ennemis sont tous dans cette cour.
- Roger that, lancèrent les trois larrons en achevant les quelques hommes de main encore debout, paralysés par le « verrouillage » d'iAz »

 

Quant à Tensen il ne lui restait plus que trois adversaires : deux des trois leaders, l'autre ayant été vaincu, et un des sous-fifres. Cependant l'élimination de ces quelques individus lui avait coûté cher : trois balafres de plus ornaient son torse, sa jambe gauche avait été tailladée, et il peinait à s'appuyer dessus, il avait visiblement plusieurs côtes cassées. La chance lui sourit : il parvint à arracher des mains du sous-fifre son sabre sans l'abimer, sabre grâce auquel il poignarda sans vergogne ledit sous-fifre ; évitant de peu une boule d'énergie lancée par un artefact magique manié par l'un des leaders, il fit chanter la lame en projetant une attaque tranchante qui acheva ce même leader. Mais avant d'avoir pu reprendre son équilibre le dernier de ses opposants l'attaqua avec sa large épée. Celle-ci d'une bien meilleure facture que la lame du sous-fifre, brisa cette même lame, et la force du choc déboita l'épaule gauche de Tensen, qui partit plusieurs mètres en arrière.

 

Profitant de l'occasion son adversaire fonça vers lui dans l'intention de l'achever, mais dans un effort de volonté le Python parvint à bander les muscles de son bras droit, faisant ainsi gicler abondamment du sang de par la blessure qui le parcourrait, et se portant au-devant de l'ennemi, il put lancer avant que l'épée de s'abatte « Das Python Strike !! », qui frappa le leader en pleine poitrine. Celui-ci, le buste broyé fut projeté au loin et s'effondra, vaincu.

 

Clopinant, le sang goutant de tout son corps Tensen s'avança vers ses compagnons :
« Tu en as eu du mal à les finir, lança Zemtsvo sans accorder d'importance particulière à l'état du jeune homme.
- Oui je vais vous expliquer, mais d'abord, Kwik, est-ce que tu pourrais t'occuper de soigner les blessés s'il-te-plait ?
- Bien sûr, mais tu ne voudrais pas que je m'occupe d'abord de t...
- Non, c'est inutile, occupe-toi des autres, la coupa-t-il. Celui-là il faut me le garder en bon état, d'accord, dit-il en désignant un de ses adversaires qui bougeait encore.
- Pas de barbec' avec lui donc, demanda Azazel.
- Non. Par contre les autres te gêne pas, ça assainira l'atmosphère. Et il faut la faire revenir aussi... »

 

D'un claquement de doigts il fit revenir la fille brune qu'il avait envoyée loin dans les airs au milieu de l'assistance, annulant également la barrière qui la protégeait. Penchant la tête sur le côté avec un air intrigué iAz demanda : « C'est qui ? ». « Plus tard » lui répondit Tensen, et il s'effondra.

 

Une bonne heure plus tard Tensen semblait déjà aller sensiblement mieux. Alors qu'il s'apprêtait à fournir des explications aux autres LOST, Diane arriva en courant. A sa vue Zemtsvo ne put s'empêcher de se porter à sa rencontre, se pressant contre elle : « ho mais qui est cette ravissante petite créat... » put-il commencer avant qu'un coup de pied sauté de l'envoyât s'écraser au sol. Kwik hocha la tête d'un air satisfait devant cette mesure efficace prise par la jeune fille, qui vint se souder au cercle formé autour de Tensen pour prendre de ses nouvelles. Presque en même temps Emeline arriva aussi. Zemtsvo qui n'avait pas détaché son regard de Diane depuis son arrivée jeta un coup d'?il furtif, appréciateur, mais néanmoins quelque peu désintéressé à la nouvelle venue : « tiens encore une beauté farouch... » put-il commencer en laissant ses mains s'approcher des fesses de Diane, avant qu'un triple coup de pied de la part de Kwik, Diane et Emeline, ne vienne mettre à mal sa virilité.

 

« Je vous aime bien je crois, dit Kwik en aparté aux deux jeunes filles.
- C'est réciproque, firent-elles avec un sourire, tandis que Zemtsvo se tenait prostré de douleur par terre, profitant cependant de l'occasion pour avoir une vue unique sur le dessous de leurs jupes et robes.
- Surtout prévenez-moi quand vous aurez fini de jouer, on pourra peut-être s'occuper de nos petites affaires, lança Tensen ironique.
- Oui papa, fit Iaz avec une petite voix aigüe et en tirant la langue. Tu nous expliques ce qu'il s'est passé ?
- J'y viens, j'y viens. Pour synthétiser un peu le contexte, disons que l'autre soir, en sortant de boite, on s'est un peu accroché avec quelques individus patibulaire qui en voulaient à notre argent, à la vertu des filles, et pire encore à mon costume. Je les ai rétamés, faut pas toucher à mes costumes...
- Et c'est les petits camarades des affreux jojos qui sont venus courageusement à trente contre un faire des victimes innocentes pour venger l'amour propre blessé des autres, demanda Azazel.
- Dans l'absolu c'est ça, sauf qu'ils ne sont pas particulièrement venus venger leurs petits camarades comme tu dis, reprit Tensen. Si je ne me trompe pas c'est leur boss qui leur a ordonné de venir éliminer le fauteur de trouble que je suis et affermir sa réputation et le climat de terreur qui commence à planer sur la ville avec le massacre. Voilà pour la version officielle.
- Et la version non officielle, lui demanda Kwik.
- Et bien, peut-être que cela fait quelques semaines que je m'intéresse à la mafia en plein boom de croissance ici, à Toulouse, avec entre autre objectif de les éliminer. Si on veut ré-écrire l'histoire correctement il faudrait donc supposer que l'attaque de l'autre soir était un premier avertissement, que je leur ai déclaré la guerre et que la conséquence a eu lieu aujourd'hui.
- Tu veux dire que c'est toi le responsable de ce qui s'est passé, s'indigna Emeline.
- Oui, d'une certaine manière, je m'en excuse, mais ça ne change pas grand-chose à la situation n'est-ce pas ? Je n'imaginais pas qu'ils s'en prendraient aux élèves... Je n'aurais pas agi de la sorte sinon.
- Depuis quand la mafia est équipée avec des artefacts rares et puissants, finit par demander Iaz. C'est pas commun, je me trompe en supposant que c'est l'une des raisons qui ont fait que tu te sois impliqué dans l'affaire ?
- ... Non tu as raison, le développement de ces deux factions plus ou moins rivales est trop rapide, ils sont trop bien équipés, et leurs membres sont trop puissants. Non seulement il y a quelque chose de louche là-dessous, mais en plus avec cette puissance de feu il n'est pas impossible qu'ils parviennent à prendre complètement le contrôle de la ville, renversant la mairie et tout le bataclan pour prendre le pouvoir. Je n'aurais jamais agi pour faire disparaître un banal groupe de mafia, ce n'est pas à moi de faire cela.
- Du coup quand j'aurai réussi à reconnecter mes roubignoles avec le reste de mon corps, c'est quoi le programme, s'enquit Zemtsvo, arrêtant pendant un instant de faire semblant d'avoir vraiment mal à son entrejambe.
- Comme j'ai dit il y a deux factions ; celle qui nous a attaqué, et une autre, qui se tapit dans l'ombre, et qui devrait, à mon sens être bien plus dangereuse. Ce que j'avais prévu de faire, et ce que je vous propose donc... c'est de riposter avant qu'ils ne s'organisent, dès ce soir, pour éliminer la tête qui dépasse, et en profiter pour obtenir des informations sur l'autre groupe.
- Tu vas être en état de te battre, s'inquiéta Diane.
- ... oui ça ira. En revanche, toi et Emeline... il est hors de question que vous veniez, d'une ce sera trop dangereux, de deux il faut que des gens restent pour protéger le lycée en cas d'attaque surprise. Ce n'est pas la peine de discuter, on sera plus qu'assez de toute manière.
- Comme tu veux, concéda enfin Diane après un long moment d'hésitation.
- Heeeyyyy, y quand même un truc que j'comprends point, fit Zemstvo maintenant allongé en position transat sur le sol, profitant d'une vue en contre-plongée exceptionnelle sur les fesses de Diane. Comment ça se fait que tu te sois fait amocher comme ça, ils étaient plutôt faiblards les rigolos.
- ... il n'y a rien à dire, je me suis laissé surprendre, j'ai subi des blessures, ça m'a rendu plus faible, et ils étaient plus forts qu'ils n'en avaient l'air, fin de la discussion.
- Bah, même affaibli tu aurais largement pu leur mettre une rouste, t'es pas plus faible que nous...
- Tu exagères Zem, ils n'étaient pas si mauvais que ça, et puis Tensen était préoccupé par les élèves, il n'a pas pu se battre normalement, je ne vois rien d'étrange à tout cela, s'empressa de la couper Azazel.
- Je suis d'accord, renchérit Iaz. Le mot de la fin, on récapitule le programme...
- Je me repose jusqu'à ce soir, disons 9h, et ensuite... on va tirer les vers du nez de ces petits chenapans !!

 

 

Aventure 1, Chapitre 3 : Comme cinq chiens dans un jeu de quille

 

Spoiler :

Les deux hommes fumaient tranquillement une cigarette. Ce n'était pas la première et ce ne serait certainement pas la dernière de la nuit. Ils étaient chargés de monter la garde jusqu'à ce que l'aube pointe le bout de nez. C'était un travail pénible mais nécessaire, de toute façon il y a avait peu de chance qu'ils soient sollicités : on attaque rarement la mafia, surtout quand elle est aussi puissante que la leur. Et même, ceux qui viendraient comprendraient bien vite la différence fondamentale entre de fiers membres d'une organisation redoutable comme celle dont il faisait partie et la petite force personnelle d'un particulier. Pour passer le temps, ils passaient en revue les nouvelles filles de l'Est qui étaient arrivées dans la journée ; comme le voulait la tradition ceux qui étaient de garde pendant une nuit se voyaient confier l'agréable tache de dresser les futures prostituées le lendemain. La discussion volait par conséquent très haut.

 

Ils furent interrompus de manière inhabituelle par un marcheur. L'homme portait une veste de costume lie-de-vin et le pantalon associé ; ses cheveux blond vénitien avec quelques reflets carmins ondulaient sous la lumière jaune que dispensait chichement le seul éclairage de la sombre ruelle sur laquelle donnait leur repère. L'air légèrement aristocratique de l'homme, et l'innocence tirant sur la niaiserie que respirait son visage leur fit vite comprendre qu'il s'agissait d'un idiot un peu plein aux as qui devait s'être perdu ; d'un regard ils se comprirent : ce genre de guignol ne présente aucune difficulté à détrousser, c'était le genre à se mettre à pleurer pendant qu'ils le foutraient à poil et lui prendraient toutes ses possessions, en invoquant le fait qu'il était quelqu'un de correct pour essayer de leur faire comprendre qu'ils étaient injuste avec lui. Un simple d'esprit comme tous les mecs avec beaucoup d'argent.

 

« Excusez-moi messieurs, est-ce là un night club dont vous gardez l'entrance ?
- Un night club ? Je crois pas non, monsieur a du se tromper d'endroit, monsieur n'a rien à faire ici, firent les deux en souriant et en s'approchant de leur proie.
- Pourtant j'ai l'impression qu'il doit y avoir une sacrée ambiance à l'intérieur, c'est que j'aimerais bien faire la fête moi !
- Ha ouais, ça c'est clair que l'ambiance c'est pas ce qui manque, répondit l'un des deux, regardant l'autre, les yeux au ciel devant la sottise de leur visiteur nocturne. Attendez, fit l'autre en riant et en passant un poing américain à sa main sous sa veste, on va vous aider à trouver de l'ambiance...
- Vous êtes bien aimable, répondit l'homme en souriant, mais je crois que c'est vraiment ici que j'ai envie de mettre le feu. »

 

Et avant que les autres n'aient pu faire quoi que ce soit Azazel transperça l'un des deux gardes de sa main, en pleine poitrine, et le transforma sur le champ en torche humaine ; le tout en gardant son sourire cordial. L'autre voulut s'éloigner et se saisir de l'arme à feu rangée dans son holster, mais il se trouva incapable de se mouvoir.

 

« Pitoyable ces deux gardes, c'est une invitation à entrer et à tous les tuer, soupira Iaz qui avait « verrouillé » le second garde. »

 

Puis transformant son épaule droite en canon de fusil, il tira sur sa victime, dont toute l'électricité venait d'être pompée par Zemstvo. Des petits morceaux volèrent dans toute la rue dans une détonation qui sonna comme le tonnerre. Puis d'un coup de poing Kwik explosa la porte blindée, emportant au passage une bonne portion de mur sur tout le contour de ladite porte.

 

« Pas solide leur truc, lança-t-elle, tandis que quelques homme sortaient précipitamment d'une salle de garde non loin de l'entrée. »

 

Mais avant qu'ils n'aient pu lancer l'alerte ou s'en prendre aux LOST présents, Tensen, dans un tourbillon, les frappa de sa canne ; la plupart des corps furent brisés en deux, formant des angles improbables. Tous étaient morts avant de toucher le sol.

 

« Oui pas solides, fit-il en arrangeant son n?ud de cravate, le regard plus dur que la pierre ».


Au second sous-sol, un homme grand, osseux du visage aux pieds, mais cependant musculeux, les yeux vert foncé, la face un peu rougeâtre, les cheveux filasses d'un blond qui les faisaient paraître blanc, était affalé sur une couche parsemée de coussins, en train de boire de la vodka au goulot. Entendant du remue-ménage au-dessus, il demanda à un de ses compagnons d'aller voir ce qu'il se passait.

 

« Tu crains qu'on soit attaqué Zariev ?
- Ce petit fouineur qui en a après nous pourrait bien faire quelque chose d'aussi stupide ; enfin si c'est la cas on aura au moins réglé ce problème, sourit Zariev. Va voir Youri, je veux pas qu'on perde trop de gars dans l'affaire.
- Si c'est lui tu ne le verras jamais vivant Zariev, Youri va le réduire en miettes, ricana un autre homme un peu épais, chauve mais avec une touffe de barbe bouclée au menton.
- Kachka a raison Zariev, c'est maintenant ou jamais pour t'amuser !
- T'en fais pas Youri, si je veux m'amuser j'ai une vingtaine de chiennes à torturer avant de les mettre sur le trottoir. »

 

Sur ces paroles Youri partit dans un éclat de rire général. Il monta au premier sous-sol, en se demandant s'il ne faisait pas le déplacement pour rien. Après tout les gars du rez-de-chaussée étaient pas des enfants de c?ur, même s'il s'agissait de ce Tensen il avait du mal à imaginer qu'il puisse en sortir vivant. A peine eut-il posé le pied au premier sous-sol qu'il dût éviter un corps enflammé qui venait de traverser en l'air la grande salle allongée qui servait d'artère à cet étage. En même temps qu'il prit conscience que la moitié encore vivante de leurs hommes était en train de se faire décimer devant lui, il cria « Alerte, alerte » en direction de ses compagnons du dernier sous-sol. Puis il se rua sur Tensen qui venait de traverser la mêlée en fauchant la vie de plusieurs des lascars. Youri voulut l'attaquer, mais Tensen pirouetta au-dessus de lui avec vivacité, évitant le coup de poing.

 

« Je m'occupe de lui, lança Iaz.
- Je finis la bande à Bono, claironna Zemtsvo.
- On le suit, demanda Kwik à Azazel.
- La situation semble sous contrôle, allons-y ! Apluche les gars ! »


Un étage plus bas Tensen fut arrêté par Kachka et le dernier homme. Il n'échangea que quelques coups avec eux, après quoi Azazel et Kwik intervinrent. Voyant que le second homme lançait des attaques magiques sous forme de tourbillons d'air, Kwik fit : « chouette un magicien, je m'en charge ! ». Et d'un coup de pied que l'autre para à grand-peine elle libéra le couloir en déplaçant son combat dans la pièce d'à côté. Kachka se retrouva seul face à Tensen et Azazel.

 

« Ha ha ha, qu'imporrte, ce ne sont pas deux petits rrats comme vous qui vont pouvoirr lutter contrre ma forrce phénoménale, s'esclaffa-t-il en bandant ses muscles, ce qui eut pour effet de faire ressortir ses proportions colossales, avant de charger tête baissée ses deux ennemis.
- Tu te crois donc plus fort que moi, demanda Azazel en le bloquant. J'ai très envie de voir si tu es vraiment plus puissant ; et je vais te dire, ce qui sont plus forts que moi j'ai toujours très envie de les écraser !
- Je vous laisse vous faire des câlins, je vais essayer de torcher en vitesse Zariev, tu me rejoins quand t'as fini Az'.
- Pas de problème, répondit Azazel d'une voix rauque, tout en basculant en rrière pour projeter son adversaire contre un mur. »

 

Ce dernier se releva passablement énervé, et fonça sur Azazel ; cette fois-ci il lui asséna un coup de ses deux mains jointes, qui fit plier son opposant. Profitant de ce qu'Azazel devait concentrer toute son énergie pour éviter de se faire écraser, Kachka lui porta un violent coup de pied au ventre, ce qui coupa le souffle de son adversaire et le repoussa ; le mafieux enchaina ensuite avec un coup de poing monstrueux, qui enfonça la tête d'Azazel d'une vingtaine de centimètres sous le sol. Kachka se releva satisfait, et se frottant les mains il se dirigea vers la salle où son chef devait déjà être en train de laminer le petit trublion.

 

« Comment oses-tu, explosa Azazel derrière lui, s'arrachant du sol avec colère. Minable petite créature qui me surpasse un instant en force, tu te crois meilleur que moi, tu crois que j'envie ta force, ton gros corps de gorille ; tu m'humilie, je veux t'écraser maintenant !! »

 

Son corps sembla enfler légèrement, et il se jeta sur Kachka, lui assénant un coup de coude tellement violent qu'il brisa le bras gauche russe. Celui-ci stupéfait par le changement de puissance de son adversaire tenta de la frapper au visage, mais Azazel arrêta l'attaque d'une main ; puis il frappa Kachka au ventre, en sautant le frappa de son crane en plein visage, et enfin faisant enfler démesurément son bras droit, transformant sa main en patte griffue, il envoya dans un torrent de flammes son ennemi vers la salle où Tensen et Zariev étaient en train de se battre.

 

 

 

 

Afficher le message
Tensen De Tensen
Modérateur
2195 messages
Posté le 20 mai 2013 à 17:26

Yo tout le monde !!

Je n'ai plus posté depuis un bon moment alors que j'avais dit que je le ferais... je suis désolé, mais c'est parce que j'ai été assez occupé (pas une excuse, vous l'êtes aussi, mais bon).

En revanche j'ai avancé ma fic de OP, mais sous forme de brouillon juste, odnc pas postable, en revanche si quelque chose se passe sur le Skydrive maintenant je peux scanner mes brouillons et les poster, ce n'est pas terrible, mais c'est déjà ça... si ça vous intéresse seulement, ce serait une manière de retravailler un peu mon histoire avant de rédiger.

Par contre j'ai beaucoup lu de manga ces derniers temps (Hunter X Hunter, relu Mar et Mar Omega, FMA, je suis dans Ao no Exorcist, Rave, Death Note et je vais me faire après City Hunter, Soul Eater, Beelzebub et Bleach), c'est pour ça que j'ai été occupé, mais ce n'est pas du temps perdu : je l'ai fait pour augmenter ma culture manga et me débloquer de la vraie inspiration... et ça a sacrément bien marché !!

Je ne suis plus maintenant avec juste une fan fic basée sur OP, mais j'ai carrément (dans ma tête cependant) 5 autres projets de mangas bien aboutis, plsu une fic de Naruto et un autre projet en cours de réalisation (toujours dans ma tête ^^) ! Et ce que j'appelle projet n'est lié à aucun manga existant, contrairement à mes fic de OP et Naruto, c'est de la pure création.

Actuellement je suis pris part la mise au point précise d'un scénario, mais pas rédigé comme ce que fais Queen par exemple, comme un vrai scénario, parce que j'ai potentiellement trouvé un dessinateur pour mettre en image mes projets (un dans un premier temps). Il n'a jamais réalisé de manga, donc il faut qu'on voit ce que ça peut donner, mais avec un peu de chance les premiers chapitres d'une version test simplifié du manga en question pourraient être prêts durant les vacances d'été !!

Je suis très enthousiaste comme vous pouvez voir ^_^ ! J'en profite pour faire une petite annonce : si des dessinateurs de la NCT (s'il y en a) sont intéressé par un scénariste... et bien comme je ne veux pas encore réaliser ma fic de OP, et encore moins celle de Naruto, il me reste 5 projets de manga différents disponibles que je peux vous proposer, pour éventuellement qu'on fasse quelque chose !! Avis aux amateurs !

Sinon pourriez-vous m'expliquer ce qui se passe exactement sur ce topic te l'autre topic de composition? J'ai lu les posts mais j'avoue être un peu perdu... ^^ merci !

Afficher le message
afficher plus d'articles

Poster une réponse



Contenu



Derniers utilisateurs enregistrés : opentropwmrip - eeyeelvi - aosamwaysergi - skowronskishads - rgeerocc
35951 utilisateurs enregistrés et 141814 messages postés.
S'inscrire Se connecter fermer










(formats acceptés : jpg/png/gif, Taille maximale : 100*100 pixels)













La NCT dispose de moyens informatiques destinés à gérer les échanges d'information entre ses différents membres.
Les informations enregistrées sont réservées à l'usage de la NCT et mis à part le pseudo, le sexe et la date de naissance, ne sont pas communiquées.
Conformément aux articles 39 et suivants de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, toute personne peut obtenir communication et, le cas échéant, rectification ou suppression des informations la concernant, en adressant sa demande depuis le formulaire de contact ou depuis son panneau de configuration.





Mot de passe oublié ?

fermer

Nouveau sujet

fermer

Contenu



load