Hentai Heroes : le meilleur des jeux hentai gratuits

Hentai, Yaoi, Yuri… De plus en plus de médias pornographiques venus du Japon s’exporte en France. Ces médias font désormais partie d’un art graphique, vidéo et vidéoludique reconnu. Comment s’y retrouver aujourd’hui pour les adeptes de petites culottes et de grosses poitrines.

Des thématiques toujours plus variés.

À l’origine, l’hentai fait partie d’un média pornographique exclusivement réservé au public masculin. Il servait même à l’origine à décrire des comportements mentaux troubles et paranormales. Il est ensuite popularisé comme regroupant tout acte faisant l’apologie de la perversion. Au début du 19ᵉ siècle, l’œuvre japonaise ‘sexualité moderne’ va jusqu’à faire l’apologie du sadomasochisme, du fétichisme et de la nécrophilie. Les œuvres et images érotiques nommés ‘ecchi’ se développe après la deuxième guerre mondiale et le média s’intéresse à des sujets plus variés comme l’homosexualité et le sado-maso. Il faut rappeler que le Japon a toujours eu une expression de la sexualité propre. Des sujets tabous, dans certaine société, comme l’homosexualité, sont représentés et assumés très tôt dans l’histoire du pays. Ce phénomène est contrebalancé par une société interdisant les démonstrations d’émotions publiques et les déformations protocolaires, tout en valorisant la supériorité de l’homme sur la femme. Les Japonais sont donc connus pour leur média sexualisé à l’outrance et très ‘hardcores’. L’implantation du média animé a permis de décupler la perversité sous couvert d’image cartoon tout en minimisant son aspect sérieux et réel. Il n’est pas rare de tomber sur des médias hentais faisant l’apologie du viol, de l’inceste, de la nécrologie et pédophilie. Le phénomène s’étend également aux jeux vidéos, véritable fondement du pays. Hentai Heroes vous permet par exemple d’assouvir tous vos fantasmes les plus pervers sur des minis jeux très réaliste.

Qu’est-ce que l’eroge et où en trouver ?

 

L’eroge représente en gros les jeux vidéos traitant de la pornographie. Comme expliqué précédemment, le média est particulièrement implanté au Japon. En effet, le Japon est une puissance technologique qui possède une grosse part du secteur du jeu vidéo mondiale. L’adaptation de jeu en contenu pornographique n’a donc pas tardé. Les premiers jeux apparaissant aux débuts des années 80 sur des micros ordinateurs, pourtant limités techniquement. Toutefois, on attribue comme premier jeu pornographique un jeu américain ‘SoftPorn Adventure’, mais cela ne va pas empêcher la frénésie japonaise. Le contenu de ces jeux est souvent assez bruts, représentant du sexe sans scénario ni trame scénaristique. C’est pourtant au Japon qu’un phénomène majeur va apparaître, le jeu de drague, déviant très vite sur des simulateurs d’objets sexuels. Les jeux sont assez soft au début et consiste à draguer des filles animées, en leur offrant des cadeaux, en les habillant et en gagnant de la réputation pour continuer dans le scénario. Ce genre de jeu va même commencer à s’exporter dans le monde et devenir un véritable ‘genre vidéoludiques’. Cependant, les pratiques vont très vite s’intensifier, le consommateur de ce genre de média voulant ‘toujours plus’, il n’est pas rare de tomber sur du contenu plus pervers et malintentionné, flirtant avec les limites de la légalité.