Que devez-vous savoir sur le point G ?

En santé, vous avez surement déjà entendu parler du point G, car il s’agit d’un terme qui est souvent évoqué en matière de sexualité. En effet, de son nom complet : « point de Grafenberg » en hommage à Ernst Grafenberg, il s’agit d’une zone érogène que vous retrouvez au niveau de la paroi antérieure du vagin. Sa stimulation peut entrainer l’orgasme chez la femme, d’après le sexologue. Retrouvez donc tous les détails sur cet organe.

Anatomie du point G

Il faut dire qu’une véritable structure correspondant à l’anatomie du point de Grafenberg n’est pas connue jusqu’à ce jour. À cet effet, son érogénéité pourrait provenir de plusieurs éléments. Il s’agit entre autres de l’innervation intrinsèque de la paroi antérieure du vagin, des zones internes du clitoris qui se situent autour du conduit vaginal. Il en est de même pour le col de l’utérus et d’autres structures connexes. S’agissant de ces dernières, vous avez :

  • Le sphincter urétral ;
  • Les glandes de Skene ;
  • Le fascia de Halban.

Les deux dernières pourraient correspondre à ce fameux point de plaisir, particulièrement le fascia de Halban. Il faut toutefois souligner que des professionnels de santé américains ont prétendu avoir trouvé une preuve que la structure du point de Grafenberg existe bel et bien. Selon eux, il serait situé en dessus de la membrane périnéale. Mais ces conclusions sur cette existence restent critiquées.

Par ailleurs, il est possible que ce point G résulte tout simplement de l’excitation indirecte des structures internes du clitoris. Il s’agit de celles qui se situent autour du vagin. Dans cas, son érogénéité ne viendrait pas directement de ce dernier, mais plutôt lorsque le clitoris se fait stimuler indirectement.

Physiologie du point G

Une étude effectuée a permis de déduire que l’amplification du point de Grafenberg par injection d’acide hyaluronique chez des femmes souffrant de dysfonction sexuelle féminine améliorerait leur orgasme.  Dans le même temps, à partir des études qui ont permis de conclure que la partie interne du clitoris entoure le vagin, des échographies complètes et en 3D d’un coït ont été effectuées. Elles ont permis de détecter la partie du corps du clitoris qui se moule sur le postérieur du pénis et du vagin au moment de l’acte sexuel, précisément lors de la pénétration. Elle montre aussi la turgescence des bulbes vestibulaires qui entourent l’entrée du vagin.

Actuellement, l’hypothèse la plus plausible est que l’excitation de la zone du point G entraine aussi bien une stimulation directe de la paroi antérieure du vagin, qu’une stimulation indirecte des structures interne du clitorisnote, entourant celui-ci. Ainsi, les sensations de plaisir sexuel intense chez les femmes proviendraient de l’association des sensations vaginales additionnées à celles clitoridiennes internes.

Les meilleures positions sexuelles pour stimuler le point G

Le point G étant très important pour donner du plaisir aux femmes et leur permettre d’atteindre l’orgasme, il est important que leur partenaire connaisse les positions sexuelles les plus efficaces pour le stimuler. À cet effet, une stimulation plus intense de cette zone est possible si l’homme est derrière la femme lors de la pénetration, selon le sexologue. Aussi, la position du missionnaire lors de laquelle la femme pose ses jambes sur ses épaules est très efficace. Toutefois, l’existence de cette zone étant encore mal connue, la stimulation de ce point jusqu’à l’orgasme reste plus ou moins empirique. Alors, en matière de sexualité, il revient au partenaire de bien connaitre sa femme pour lui procurer du plaisir vaginal.